Réflexions de Carolyn Baker : 31ème semaine

Votre profession n’est pas ce qui vous procure votre chèque de paie. Votre profession est cette chose qui vous a conduit sur Terre pour que vous l’accomplissiez avec tant de passion et une telle intensité qu’elle devient un appel spirituel.

Vincent Van Gogh

Si quelqu’un comprenait la passion de la raison d’être, c’est bien Van Gogh qui percevait la création de beauté comme une vocation sacrée et qui nous invite à voir notre profession, quelle qu’elle soit, avec des yeux neufs.

Continue reading « Réflexions de Carolyn Baker : 31ème semaine »

Réflexions de Carolyn Baker : 30ème semaine

Une communauté est cet endroit où la personne avec laquelle vous voulez le moins vivre vit inévitablement. Et lorsque cette personne s’en va, quelqu’un d’autre se lève et prend sa place.

Parker Palmer

Cette époque trouble forcera l’émergence de nombreux nouveaux modes de vie dans un monde où les institutions s’écroulent en raison du chaos économique, de la dévastation de l’environnement et de l’épuisement de l’énergie. Vivre seul, « avoir son chez-soi », ou vivre avec les gens avec lesquels nous préférons vivre deviendra probablement de plus en plus intenable.

Continue reading « Réflexions de Carolyn Baker : 30ème semaine »

Réflexions de Carolyn Baker : 29ème semaine

Lorsque nous évitons la souffrance qui résulte légitimement du fait d’affronter nos problèmes, nous évitons également la croissance que les problèmes exigent de nous.

Scott Peck

Carl Jung a affirmé que toutes les maladies mentales résultent d’une tentative d’éviter une souffrance légitime. Le mot épineux dans les déclarations de Jung et de Peck est légitime. Peck le clarifie en l’appelant la souffrance résultant du traitement des problèmes.

Continue reading « Réflexions de Carolyn Baker : 29ème semaine »

Réflexions de Carolyn Baker : 28ème semaine

C’est en effet la marque d’un adulte mûr d’être en mesure de porter ces deux vérités simultanément : La vie est dure, remplie de perte et de souffrance. La vie est glorieuse, incroyable, étourdissante, incomparable. Nier l’une de ces vérités, c’est vivre dans une sorte d’idéal fantasmé ou être écrasé par le poids de la douleur. Au lieu de cela, les deux sont vrais et il faut une connaissance à la fois de la tristesse et de la joie pour pleinement englober la gamme complète de l’expérience humaine.

Francis Weller, Entering the Healing Ground: Grief, Ritual, and the Soul of the World

Bien que des millions de personnes soient dans le déni devant l’effondrement de la civilisation industrielle — insistant pour dire que la civilisation ne s’effondre pas ou que, si elle le fait, une sorte de fin heureuse surviendra bien —, il y a de nombreuses personnes conscientes de l’effondrement qui insistent pour clamer qu’absolument rien de positif n’en résultera et que le démantèlement sera sans aucun doute horrible. Je crois que ce dernier point de vue est tout aussi illusoire que le premier.

Continue reading « Réflexions de Carolyn Baker : 28ème semaine »

Réflexions de Carolyn Baker : 27ème semaine

Ne voyez-vous pas combien est nécessaire un monde de douleurs et de peines pour éduquer une intelligence et en faire une âme ?

John Keats

Je ne suis certain de rien sauf de la sainteté des affections du cœur et de la vérité de l’imagination.

John Keats

Le jeune poète romantique Keats savait certainement ce qu’est un monde de douleurs et de peines, ayant perdu ses parents durant l’enfance, puis ayant regardé un frère mourir de tuberculose et un autre émigrer aux États-Unis. Dans le premier extrait ci-dessus, Keats articule succinctement le processus de l’intellect qui se transforme en âme. Comment cela se produit-il ? Uniquement par l’expérience des douleurs et des peines requises pour ce faire.

Continue reading « Réflexions de Carolyn Baker : 27ème semaine »

Réflexions de Carolyn Baker : 26ème semaine

Voici l’art de l’âme : récolter votre vie la plus profonde à partir de toutes les saisons de votre expérience.

John O’Donohue, Beauty : The Invisible Embrace

À sa manière inimitable, John O’Donohue utilise encore une fois une phrase courte, à la tournure poétique, pour faire fondre le cœur et inviter le lecteur à la contemplation profonde.

Continue reading « Réflexions de Carolyn Baker : 26ème semaine »

Réflexions de Carolyn Baker : 25ème semaine

Les moments merveilleux devraient être plus fréquents dans notre vie qu’ils ne le sont dans la civilisation que nous nous sommes donnés. Le confort de nos vies a diminué l’émerveillement. Non seulement manquons-nous la danse de la vie sur la planète, mais nous ne voyons pas non plus cette danse de l’univers dans laquelle baigne notre planète Terre — le Soleil, les étoiles du zodiaque, la Voie lactée.

Thomas Berry, The Sacred Universe

Est-ce que votre vie menée par l’émerveillement ? Est-il même possible de faire l’expérience de l’émerveillement en période d’incertitude, de chaos, et de chute ? N’est-ce pas une « distraction » devant l’impératif de survie ?

Continue reading « Réflexions de Carolyn Baker : 25ème semaine »

Réflexions de Carolyn Baker : 24ème semaine

Que pouvons-nous accomplir de plus maintenant que la survie de l’âme ? Le mal et la dégradation ne sont pas plus présents qu’avant, peut-être, seulement plus apparents, plus visibles et mesurables. Parce que la douleur que l’humanité vit quotidiennement depuis le début ne peut pas augmenter. Mais il y a de plus en plus de compréhension de la capacité de l’humanité à causer des dommages indicibles et peut-être aussi de l’endroit où cela nous mène. Une multitude dans l’effondrement, une multitude qui cherche de nouvelles façons d’en sortir. Espace pour ce qui peut se produire de nouveau.

Rainer Maria Rilke

Peu importe le nombre de fois où j’écris et enseigne que la survie de l’âme est plus importante que notre survie physique, il semble que certaines personnes refusent de composer avec cette réalité et insistent pour se concentrer exclusivement sur la préparation logistique en vue de cette époque troublée.

Continue reading « Réflexions de Carolyn Baker : 24ème semaine »

Réflexions de Carolyn Baker : 23ème semaine

Tous savent que la goutte se fond dans l’océan, mais peu savent que l’océan fusionne avec la goutte.

Kabir

En des temps troublés, nous avons besoin de nous rappeler notre lien intime avec le sacré. Il est parfois plus facile de nous imaginer comme une goutte d’eau qui se fond dans l’océan de quelque chose de plus grand que d’imaginer l’océan entrer en nous et fusionner avec nous. Nous pouvons facilement comprendre comment nous avons besoin du sacré, mais nous avons plus de difficulté à saisir la mesure dans laquelle le sacré a besoin de nous.

Continue reading « Réflexions de Carolyn Baker : 23ème semaine »

Réflexions de Carolyn Baker : 22ème semaine

Comme tout bon système abusif, ce système nous a rendus dépendants. Et une autre chose importante au sujet de la question des sévices, c’est que l’une des choses qui se passent au sein de toute dynamique abusive, et c’est vrai que nous parlions d’une famille abusive ou d’une culture abusive, c’est que tout — et je veux dire tout — dans cette dynamique est mis en place pour protéger l’agresseur. Ainsi, chaque membre d’une famille abusive en viendra à s’identifier plus étroitement avec les sentiments de l’agresseur qu’avec les siens propres.

Derrick Jensen

Dans presque tous ses livres, articles ou apparitions publiques, Derrick Jensen compare la civilisation industrielle au système des familles abusives. Un système de famille abusive est fermé et ceux qui disent la vérité à son sujet deviennent des boucs émissaires, sont fustigés, ridiculisés et, fréquemment, désavoués. Bien que le soi-disant Occident démocratique adhère du bout des lèvres à la liberté d’expression, sa règle tacite est de bien parler de notre héritage, de notre culture et de notre pays, surtout à l’ère de la guerre au terrorisme.

Continue reading « Réflexions de Carolyn Baker : 22ème semaine »