Réflexions de Carolyn Baker : 31ème semaine

Votre profession n’est pas ce qui vous procure votre chèque de paie. Votre profession est cette chose qui vous a conduit sur Terre pour que vous l’accomplissiez avec tant de passion et une telle intensité qu’elle devient un appel spirituel.

Vincent Van Gogh

Si quelqu’un comprenait la passion de la raison d’être, c’est bien Van Gogh qui percevait la création de beauté comme une vocation sacrée et qui nous invite à voir notre profession, quelle qu’elle soit, avec des yeux neufs.

À ce moment-ci de l’Histoire, bien des gens sont obligés de se réinventer en raison de l’effondrement économique qui les a frappés sous la forme d’une perte d’emploi, d’une faillite, d’une saisie, d’une fin de prestations ou de la réduction involontaire de leur niveau de vie. Cela est ressenti de façon plus catastrophique par les personnes plus âgées qui ont consacré leur vie à une carrière, pour, en fait, découvrir que c’est terminé et qu’elles n’ont presque pas de possibilités d’être employées à un salaire qui s’approcherait un tant soit peu de celui qu’ils ont perdu.

Les plus jeunes se retrouvent prêts à se lancer dans la vie après les études supérieures, mais découvrent rapidement que ce ne sera jamais la vie qu’ils ou que leurs parents avaient prévue. Ils ont cependant l’avantage de pouvoir être plus résilients que les chômeurs âgés et ils peuvent disposer de plus d’options.

Quels que soient notre âge et nos compétences, la débâcle actuelle exige de réévaluer profondément notre but sur Terre. Des millions de personnes ne se sont jamais penchées sur ces questions : Quelle est ma raison d’être dans la vie ? Qu’est-ce que je suis venu faire ici ? Si l’effondrement de la civilisation industrielle nous force à quelque chose, c’est bien à ces questions. Je vais placer la barre encore plus haute : Pourquoi êtes-vous ici à ce moment précis de l’Histoire ? Croyez-vous vraiment que votre présence dans le bouillon de cette importante transformation est accidentelle ?

Considérez que vous êtes ici en ce moment pour des raisons précises. Laissez-vous tranquillement entrer en vous et posez-vous tout simplement les questions : Quelle est ma raison d’être ici ? Quel est mon travail dans le monde ? Comment puis-je utiliser mes talents et mes compétences pour servir la communauté terrestre en ce moment ? À quel endroit et à qui ai-je envie d’offrir mes cadeaux ? Où ma passion se trouve-t-elle ?

Je peux vous assurer que si vous posez ces questions avec un cœur ouvert et sincère, vous recevrez une réponse, tôt ou tard.


Cette série de réflexions est la deuxième partie du livre L’effondrement publié par les éditions Écosociété. Ce livre est la traduction de la première partie de Collapsing Consciously écrit par Carolyn Baker. Les 52 réflexions hebdomadaires sur l’effondrement de la civilisation industrielle qui constituent la deuxième partie de la version originale du livre sont publiées sous la rubrique Carolyn Baker à raison d’une par semaine.


Vous pouvez vous procurer L’effondrement de Carolyn Baker, Éditions Écosociété dans toutes les bonnes librairies, ou en le commandant par la poste en envoyant un chèque de 14$ au nom de

Fondation Écho-logie
7011, ave Champagneur
Montréal (QC) H3N 2J6

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *