Réflexions de Carolyn Baker : 27ème semaine

Ne voyez-vous pas combien est nécessaire un monde de douleurs et de peines pour éduquer une intelligence et en faire une âme ?

John Keats

Je ne suis certain de rien sauf de la sainteté des affections du cœur et de la vérité de l’imagination.

John Keats

Le jeune poète romantique Keats savait certainement ce qu’est un monde de douleurs et de peines, ayant perdu ses parents durant l’enfance, puis ayant regardé un frère mourir de tuberculose et un autre émigrer aux États-Unis. Dans le premier extrait ci-dessus, Keats articule succinctement le processus de l’intellect qui se transforme en âme. Comment cela se produit-il ? Uniquement par l’expérience des douleurs et des peines requises pour ce faire.

Quand nous nous laissons les douleurs et les peines de la vie enseigner à l’intelligence, nous sommes alors en mesure de dire, avec Keats, que nous sommes certains « de la sainteté des affections du cœur et de la vérité de l’imagination ».
Dans ces deux déclarations de Keats, nous trouvons l’essence du but spirituel de ce grand effondrement pour chacun de nous. Certaines personnes ne seraient jamais en mesure de saisir quelque chose au-delà de l’intellect sans les répercussions cataclysmiques de l’effondrement dans leurs vies et leurs psychés.

Qu’est-ce qui constitue une vie bien vécue ? Je crois que si quelqu’un quitte cette vie en n’ayant rien accompli d’autre que de songer avec Keats, « Je ne suis certain de rien sauf de la sainteté des affections du cœur et de la vérité de l’imagination », cette personne peut avoir saisi profondément la signification de son existence et avoir réussi une vie bien vécue, au moins partiellement. Pouvons-nous laisser la douleur et les peines de cette période nous y conduire ?


Cette série de réflexions est la deuxième partie du livre L’effondrement publié par les éditions Écosociété. Ce livre est la traduction de la première partie de Collapsing Consciously écrit par Carolyn Baker. Les 52 réflexions hebdomadaires sur l’effondrement de la civilisation industrielle qui constituent la deuxième partie de la version originale du livre sont publiées sous la rubrique Carolyn Baker à raison d’une par semaine.


Vous pouvez vous procurer L’effondrement de Carolyn Baker, Éditions Écosociété dans toutes les bonnes librairies, ou en le commandant par la poste en envoyant un chèque de 14$ au nom de

Fondation Écho-logie
7011, ave Champagneur
Montréal (QC) H3N 2J6

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *